Prises de position !

L’année 2018 et les 8 premiers mois de l’année 2019 ont été traversés par des mouvements sociaux qui évoquent 1789, 1870, 1939 ou encore 68.

On y retrouve le sentiment d’injustice devant l'impôt, le droit au travail, le partage des richesses. S'y expriment aussi la perte de confiance envers les élus, des demandes pour mieux vivre ou simplement vivre décemment et la perte de visibilité pour les générations actuelles et futures. On y a vu également la joie à penser et vivre la transformation sociale ensemble et retrouver dans les luttes la dignité grignotée par la violence de notre société de marché.

Il y a nécessité d’un renouveau dans notre pays.19 organisations, dont la Ligue de l'enseignement, proposent dans le pacte « Pour donner à chacun le pouvoir de vivre », 66 mesures concrètes pour faire face à l'urgence sociale et économique.

En tout premier lieu il faut réinventer l’idée de bien commun, réapprendre à agir collectivement, pour pouvoir combattre la fragmentation sociale et territoriale. « Nous sommes les oubliés » titre une chanson récente. Dans ce réapprentissage l’école occupe un rôle majeur.

Le Ministre de l’Education Nationale a spécifié dans son intervention de rentrée : "L'école est à la pointe du progrès social dans notre pays, avec 3 défis majeurs : "le défi de l'égalité des chances, le bien-être au travail des personnels, et le grand défi de l'avenir, la question environnementale". 

Oui, parlons de progrès social, en remettant l’exigence de solidarité et de justice sociale au cœur de la société, là où pour citer Jean-Paul Delahaye, les intérêts particuliers des élites quelles que soient leurs places sur l'échiquier politique ont contribué à enkyster un système scolaire inégalitaire. Le bien-être des équipes éducatives souhaité par le ministre consiste d'abord à les écouter et à les entendre, ce qui a manqué dans la loi qu'il a portée précédemment.

Le Ministre a annoncé que 250 000 "éco-délégués" seraient nommés - un par classe au collège et au lycée - pour favoriser la mise en œuvre d'actions concrètes environnementales dans les classes. Nous pouvons souligner une initiative intéressante mais insuffisante. Nous ne pouvons pas nous cantonner à cette mesure qui ne lie pas justice sociale et protection de l’environnement, efficacité économique et qualité de vie. 

Nous n’avons d’autre choix que de changer de modèle. Cela signifie donner plus de pouvoir d’expression et de participation aux plus défavorisés de notre société. L'hiver 2018 l'a prouvé « Tant de privilèges d’un côté et de scolarités difficiles, d’échecs humiliants, de l’autre, mettent en danger notre pacte républicain. Ceux qui, à tort ou à raison, estiment qu’ils n’ont pas accès aux mêmes droits que les autres, auront des difficultés à accepter longtemps d’avoir les mêmes devoirs que les autres. »[1]

La Ligue de l'enseignement FAL 44 souhaite une bonne rentrée à celles et ceux qui pensent l'éducation autrement.

 

[1]Jean Paul Delahaye.

Télécharger le communiqué

File name: CDBonne_rentrée_2019.pdf

5148 1139

 

Retrouvez l'intégralité des textes cités dans le communiqué :